logo Concerts St-Martin

Société
des Concerts
de St-Martin

 

NOS DERNIERS CONCERTS


 


 

Dimanche 8 mars 2020, 17h à St-Martin


PIERRE-YVES FLEURY, orgue

ENGUERRAND ECARNOT, percussions


 

OEUVRES DE J-L FLORENTZ, O. MESSIAEN, P. COCHEREAU, J. ALAIN, E. GIGOUT, C. FRANCK.

 

 

 

César Franck sera à l’honneur de ce programme.

 

 

Pierre-Yves Fleury étudie l’orgue avec Michel Chapuis, Norbert Pétry, Susan Landale et Louis Robillard aux Conservatoires de Besançon, Rueil-Malmaison et Lyon. En 2000, il obtient au CNSM de Lyon le Diplôme National d’Etudes Supérieures de Musique, dans la classe d’orgue de Jean Boyer et Liesbeth Schlumberger. Après une Maîtrise de Musicologie à Paris-Sorbonne et un premier prix d’analyse au CNSM de Paris, il obtient le CA de professeur d’orgue. Entre 2003 et 2012, il enseigne au CNR de Lyon (orgue, l’improvisation et musique de chambre), aux CRD de Mâcon et Bourgoin-Jallieu (orgue et l’analyse), à l’IMSL de Lyon (improvisation) à l’Université de Franche-Comté (histoire de la musique et analyse) et collabore avec l’Auditorium Maurice Ravel de Lyon de 2000 à 2009. Il est depuis 2012, professeur d’orgue au CRR du Grand Besançon.

En 2005, il crée avec quelques organistes lyonnais, le festival "Orgue en Jeu", présidé par Louis Robilliard, et co-dirige avec Olivier Camelin le 1er Concours International d’Orgue de Lyon (avril 2009). En 2009, il crée le festival "Orgue en Ville" à Besançon. Organiste de la Basilique de Fourvière de Lyon de 2001 à 2011, il est actuellement organiste à Ollon-Villars et mène une activité de concertiste en France et à l’étranger.

 

 

Enguerrand Ecarnot débute ses études de percussions classiques au CRR : Conservatoire à Rayonnement Régional de Besançon, il part finir son cursus au CRR de Chalon-sur-Saône où il y obtient son DEM : Diplôme d'Études Musicales, obtenu à l'unanimité en juin 2010.

Toujours intéressé par les multiples ouvertures que lui apporte sa discipline, il étudie en parallèle la batterie et après deux voyages d’études à La Havane (en octobre 2010 et février 2011), il suit une formation en percussions cubaines au sein de la classe d’Isel Rasua à l’ENM : École Nationale de Musique de Villeurbanne durant 5 ans, de 2012 à 2017.

 

Depuis trois ans il se produit dans diverses formations : Radio Kaizman, Pulsar Orchestra, Motitas, Théâtre Envie, Orchestre de la VIF. De manière plus ponctuelle, il travaille pour le festival Orgue en Ville de Besançon, la Compagnie Nationale de Théâtre Lyrique Justiniana, l’orchestre du conservatoire de Chalon-sur-Saône, ou encore la Citadelle de Besançon.

 

_________


Dimanche 9 février 2020, 17h à St-Martin


MUSIQUES EN MIROIR

Pascale ROUET, orgue

 

OEUVRES DE Louis MARCHAND, Christophe MARCHAND, ALAIN, BUXTEHUDE, WATANABÉ, BARTÓK, LEGUAY

 

Ce programme est construit de manière à faire se répondre musiques anciennes et musiques contemporaines de manière à montrer que des oeuvres d’époques très éloignées présentent plus de points communs et plus d’affinités avec notre temps qu’on ne se l’imagine parfois…

 

Après des études aux conservatoires de Charleville-Mézières, puis Reims, Pascale Rouet entre au CNSMD de Paris où elle obtient plusieurs Prix (orgue, improvisation, harmonie, contrepoint, fugue). Elle obtient par ailleurs en 1986 le Premier Prix du Concours International d’orgue de Toulouse.

 

Dédicataire et créatrice de nombreuses partitions, elle est passionnée par la musique contemporaine qu’elle tente de faire mieux connaître : concerts, enregistrements, éditions de partitions et de méthodes pédagogiques, conférences, ouvrages musicologiques… Rédactrice en chef de la revue Orgues Nouvelles de 2009 à 2016, puis à nouveau depuis 2018, elle a récemment collaboré à la nouvelle édition du Guide de la musique d’orgue (Ed. Fayard).

 

Professeur au CRD de Charleville-Mézières, elle participe régulièrement à différents colloques, fait partie de nombreux jurys internationaux, coordonne des formations pédagogiques au niveau national, et a été retenue en 2016 pour l’inauguration du grand orgue Grenzing de la Maison de la radio à Paris.

 

_________


Dimanche 19 janvier 2020, 17h à Ste-Claire

CONCERT SPECTACLE POUR TOUT PUBLIC

UN CONTE FANTASTIQUE DE NOËL, EN APPENZELL,

PAR JULES VERNE (1828-1905)

M. Ré-Dièze et Melle Mi-Bémol

 


FRANÇOISE MASSET, soprano

DANIEL CHAPPUIS. orgue

PIERRE-ALAIN CLERC, récitant



La Société des Concerts de St-Martin vous propose ce concert-spectacle, qui sort du cadre de ses concerts habituels. La durée du spectacle, en version complète,  est de 2 heures avec entracte.

 

MUSIQUES de Mendelssohn, Schubiger, Rossini, Alain, Demierre, Fauré, Lambillotte, Boëly, Ladmirault, Boller, Scheidt, Guilmant, Schwizgebel, Campra, Haendel, Clerc, Puccini, Jacques-Dalcroze, Leguay…

ILLUSTRATIONS extraites des éditions originales, tableaux, dessins d’artistes, partitions, photographies…

 

Saluée par le critique Ivan Alexandre comme "l'une de nos rares dernières diseuses", Françoise Masset interprète sur scène, en concert et sur disque, un répertoire diversifié, du baroque au contemporain, qui témoigne de son goût pour les rencontres musicales.

Sur scène, elle a créé la Médée de Michèle Reverdy à l’Opéra de Lyon et chanté ces dernières années dans Les Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau, Le Couronnement de Poppée et Il Ritorno d'Ulisse de Claudio Monteverdi (Les Paladins / Jérôme Correas), La Petite Renarde rusée de Leoš Janáček (TM+ / Laurent Cuniot) et L'Enfant et les sortilèges de Maurice Ravel (Musica Nigella / Takénori Nemoto). Elle privilégie le récital (avec piano, orgue, harpe, guitare, luth) et la musique de chambre, et crée des programmes originaux avec La Gioannina / Rémi Cassaigne & Nanja Breedijk et Les Musiciens de Saint Julien / François Lazarevitch.

Elle a reçu l'Orphée d'Or 2010 de la meilleure interprète de mélodies pour l’album : Les Compositeurs de Marceline Desbordes-Valmore et enregistré récemment avec la pianiste Anne Le Bozec pour le label Hortus, deux programmes consacrés à la Première Guerre mondiale.

Site Internet : www.francoisemasset.com

 

 

Né en 1955, Pierre-Alain Clerc a été pendant presque quarante ans organiste à Lausanne, dans les Églises Saint-Laurent et Saint-Paul. Longtemps professeur d’orgue à Lausanne, il enseigne à la Haute École de Musique de Genève, au CNSMD de Lyon et au CRR de Paris. Il a fait construire ou relever plusieurs orgues en Suisse romande. A côté de son activité de concertiste, à l’orgue, à l’harmonium ou à la basse continue, il travaille régulièrement comme comédien.

Cette double activité de musique et théâtre l'a tout naturellement amené à s’intéresser à ce qu’on appelle la rhétorique musicale, puis à la déclamation classique française, sujets sur lesquels il donne fréquemment spectacles, cours, stages, séminaires et conférences. Il a été l’instigateur durant cinq ans d’un travail de recherche appliquée pour L’École des Femmes de Molière à la lumière des sources historiques du XVIIème siècle, travail mené avec un groupe d’universitaires français et suisses. Il a joué à cette occasion le grand rôle d’Arnolphe. Dans cette optique d’une pratique artistique historiquement informée, il préside L’Association suisse pour un Théâtre à la Source.

Il a joué plusieurs fois le rôle du Diable dans L’Histoire du Soldat de Stravinsky et Ramuz, ce qui est, pour un organiste, une consécration.


_________


 

Samedi 18 janvier 2020, 17h à Ste-Claire

 

CONCERT SPECTACLE POUR JEUNE PUBLIC

 

UN CONTE FANTASTIQUE DE NOËL, EN APPENZELL,

 

PAR JULES VERNE (1828-1905)

 

M. Ré-Dièze et Melle Mi-Bémol

 

Ecrit à une époque soucieuse de vulgariser la science, ce conte très documenté est l’œuvre d’un homme qui s’est d’abord consacré aux pièces de théâtre, avant d’aborder les romans fantastiques qui feront son succès. Habité par un goût de la musique vocale qui le suivra toute sa vie, il truffe son récit de références musicales.

 

Il n’en fallait pas davantage pour animer l’imagination  d’un comédien, d’une chanteuse et d’un organiste cherchant à lier musique et théâtre !

 

Bénéficiant de l’acoustique exceptionnelle de l’Église Sainte-Claire, ils se lanceront des répliques parlées et musicales, abondamment illustrées sur grand écran, autour de l’orgue Goll restauré.

 

La Société des Concerts de St-Martin est heureuse de vous proposer cette année ce concert-spectacle, qui sort du cadre de ses concerts habituels.

 

Sa durée totale de deux heures avec entracte a été réduite de moitié afin de pouvoir faire découvrir ce conte aux plus jeunes et à leurs parents.

 

FRANÇOISE MASSET, soprano

 

DANIEL CHAPPUIS. orgue

 

PIERRE-ALAIN CLERC, récitant


"Noël ! Noël ! Réjouissez-vous, petits et grands, voici que se forme pour vous le cortège des beaux livres aux uniformes dorés, aux titres flamboyants (…)

 

Lisez le joli conte de Jules Verne : M. Ré-Dièze et Mlle Mi-Bémol et vous verrez tout ce qu’il y a encore de verve et de fantaisie chez ce conteur extraordinaire, dont les livres nous charment depuis si longtemps, qu’ils paraissent n’avoir plus d’âge."

 

Parue dans le Figaro du 28 novembre 1893, cette annonce du conte de Jules Verne résume l’histoire ainsi: "Dans un village de Suisse, l’organiste est devenu sourd; de désespoir, il abandonne son instrument. M. le curé est dans la désolation. Personne pour tenir l’orgue, Noël est proche et les enfants de la maîtrise ont de si belles voix ! Un jour, grande stupéfaction dans le village : On entend l’orgue vibrer de mélodies toutes nouvelles.

 

Que va-t-il se passer ensuite ? Où l’auteur va-t-il nous conduire ?"

 

 _________

 

Dimanche 8 décembre 2019, 17h à Saint-Martin

 

CONCERT DE L'AVENT ET DE NOËL

 

DANIEL CHAPPUIS, orgue

 

OEUVRES DE BACH, DANDRIEU, DAQUIN, FRANCK, LEFÉBURE-WELY, IMPROVISATIONS 

 

Les chants de l’Avent et de Noël ont traversé les siècles et les pays, inspirant les improvisateurs à l’orgue, ainsi que les compositeurs.

 

Dans ces merveilles, on trouve Bach, bien sûr et le monde luthérien. Mais aussi des mélodies populaires parcourant diverses régions d’Europe. Certaines sont même inspirées du chant grégorien et nous font remonter à des époques fort lointaines, alors que d’autres datent du siècle passé.

 

A côté des classiques du répertoire, ce concert comprendra des improvisations, espérant ainsi répondre au souhait exprimé par un certain public fidèle.

 

Daniel Chappuis, né en 1973, commence l’étude de l'orgue à Genève, avant d’obtenir une médaille d’or, dans la classe de Pierre Perdigon au conservatoire de Grenoble, suivi d’un premier prix de virtuosité, dans la classe de Jean-François Vaucher, au conservatoire de Lausanne. Il étudie parallèlement le clavecin et la basse continue avec Anne Gallet et Nicole Hostettler au Centre de Musique Ancienne de Genève.

 

Organiste titulaire de l'orgue Kuhn (1953) de l’Église Saint-Martin et de l'orgue historique Friedrich Goll (1898) de l’Église Sainte-Claire à Vevey, il s’est occupé de la restauration de l'orgue Goll, magnifiquement réalisée par la Manufacture Blumenrœder d’Haguenau. L’aventure se poursuit avec le projet de reconstruction du positif de dos de cet instrument, dont la forme de lyre est exceptionnelle.

 

L’orgue présentant des visages très divers, il est heureux par le biais de son activité de concertiste, d’en fréquenter la richesse de répertoire et de la faire partager à ses élèves.

 

_________


Dimanche 24 novembre 2019, 17h à Saint-Martin

 

TRIO RESONANS

 

BLANDINE CHARLES, soprano

 

HÉLÈNE McCLELLAN, alto

 

LAURENT JOUVET, orgue

 

OEUVRES DE WAGNER, STRAUSS, MENDELSSOHN

 

Le ReSonans Trio proposera deux très grandes œuvres solistes du romantisme allemand. Hélène McClellan chantera le cycle de Richard Wagner, les Wesendonk-Lieder (1857-58). C’est la seule œuvre de Wagner dont il ne soit pas également l’auteur du texte, puisque celui-ci a été écrit par Mathilde Wesendonk. On pense qu’il a mis en musique les poèmes de Mathilde afin de la voir régulièrement, car il avait une liaison avec elle. Écrits dans un style ultra-romantique, ces Lieder sont composés de façon très intimiste par Wagner et caractérisés par leur grande force expressive.

 

Composés avec accompagnement de piano, ces cinq Lieder ont été plus tard orchestrés par Alexandre Mottl. La réalisation à l’orgue contribue à leur donner la touche symphonique que Wagner supposait sans doute.

 

Blandine Charles nous proposera une très grande œuvre de l’extrême fin du romantisme : Les Vier letzte Lieder (les quatre derniers Lieder), composés par Richard Strauss en 1948, en partie en Suisse. Il s’agit des derniers feux du romantisme allemand, déjà contemporains de la musique atonale. La mélodie s’y déroule comme portée par de grandes vagues, soutenant des poèmes qui n’en deviennent que plus expressifs. Pour la circonstance, Laurent Jouvet a réalisé une version pour orgue qui essaie de rendre le flottement incessant des harmonies et des motifs musicaux.

 

Entre ces deux monuments de la littérature musicale, les deux chanteuses se retrouveront pour le cycle des Sechs Duette opus 63, (six bijoux) de Felix Mendelssohn (vers 1840).

 

A la suite d’une longue connivence, Blandine et Hélène, soutenues par Laurent au clavier, se sont réunies pour explorer différents répertoires, accompagnées à l’orgue ou à l’harmonium. Le ReSonans Trio se produit à travers l’Europe (Paris, Copenhague, Festival de Désaignes, France).

 

Blandine Charles est une soprano bien connue sur la Riviera vaudoise et habite à la Tour-de-Peilz. Dès son enfance, elle se passionne pour le chant à travers l’activité chorale et fait ses débuts sous la baguette attentive de Michel Hostettler. Blandine Charles obtient son diplôme de chant au conservatoire de Fribourg dans la classe de Tiny Westendorp, se perfectionne avec de grands maîtres internationaux et continue à affiner sa technique vocale avec le Maestro David Jones (USA). Elle mène principalement une activité de concert et de récital en Suisse et en Europe. Son répertoire comprend, entre autres, la majeure partie du registre d’oratorio, de l’époque baroque à contemporaine. Passionnée par la voix et plus généralement par l’être humain, elle partage son temps entre ses diverses activités musicales de soliste, de coach vocal et une pratique de psychologue FSP.

 

D’origine suisse et tchèque, Hélène Čajka McClellan, alto, se consacre au chant pendant trois ans aux Pays-Bas grâce à la Fondation Marescotti. De retour en Suisse, elle termine ses études chez Madame Marie-José d’Alboni. Elle a un Diplôme de Direction chorale du Conservatoire de Genève (chez Michel Corboz), un Diplôme de Maître de Musique ainsi que de pédagogie. Elle mène une carrière d’enseignante à Bangkok et de soliste en Suisse, au Danemark, en France, etc.

Après des études d’orgue au Conservatoire de Genève Laurent Jouvet se forme au chant grégorien. Il poursuit ses études musicales à la Haute École de Musique Sacrée de Stuttgart-Esslingen, où il apprend le métier de Jean-Sébastien Bach : Kantor. De retour en France, il mène une activité de chef de chœur et de concertiste, surtout dans l’accompagnement à l’orgue ou au clavecin.

 

_________

 

Dimanche 19 mai 2019, de 17h à 20h Saint-Martin

GRANDE SOIRÉE DE L'ORGUE


NATHALIE EFFENBERGER

ADRIEN PIÈCE

TIGRAN STAMBULTSYAN

DANIEL CHAPPUIS


IMPROVISATIONS SUR DES THÈMES DES ANCIENNES FÊTES DES VIGNERONS

 

De 1797 à 1999, 11 Fêtes des Vignerons ont été organisées à Vevey. La musique en a fait partie dès l’origine. L’on possède au moins une mélodie de la Fête de 1791 et dès 1851, les partitions complètes nous sont parvenues. On relève ainsi les noms de François Grast, Hugo de Senger, Gustave Doret, Carlo Hemmerling, Jean Balissat, Jean-François Bovard, Michel Hostettler, Jost Meier.

 

Cette soirée de l’orgue sera l’occasion d’accueillir quelques jeunes et talentueux organistes. Ils se partageront les claviers de l’Église St-Martin pour improviser sur des thèmes connus ou à (re)découvrir, avant la Fête de 2019 !

 

_________


 

Dimanche 05 mai 2019, 17h à Saint-Martin

 

TRIO ROCK

YVES RECHSTEINER, orgue

HENRI-CHARLES CAGET, percussions

FRÉDÉRIC MAURIN, guitare électrique

 

 

ORGUE ET ROCK

 

 

Associer orgue et rock peut sembler étrange: leurs univers sonores semblent si éloignés ! Et pourtant…

 

En 1977, le groupe YES enregistre aux "Mountains Studio" de Montreux l’album «Going for the One». Dans Awaken, Parallels et  Vevey, on peut entendre l’orgue de l’Eglise St-Martin, calme ou virtuose, jouant en même temps que les musiciens de Montreux ! Comment pouvaient-ils se rejoindre? Par le fil du téléphone, tout simplement.

 

Ainsi que l’explique Frédéric Maurin, «Pink Floyd, King Crimson, Emerson, Lake & Palmer, Frank Zappa, Yes, Genesis… Ces musiques ont bercé notre enfance. Même si nos parcours nous ont conduits vers d’autres univers, ces groupes sont inscrits dans nos gènes musicaux. Et leurs compositions, parfois incroyablement raffinées par rapport à certains formats en vigueur dans la pop music et présentant souvent des références à la musique symphonique, sont une part importante de la création musicale des années soixante-dix».

 

A propos d’un Franck Zappa, Yves Rechsteiner remarque par exemple, «J’ai rencontré la musique de Frank Zappa à travers G- Spot Tornado. Trois minutes de fascination totale et l’intuition que cette musique si riche et complexe pouvait s’exprimer aussi au travers de l’orgue». Et d’ajouter «Zappa a touché à tous les styles : jazz, rock, électro, musique contemporaine. Guitariste génial, il composait aussi grâce à son synclavier et repensait les mêmes morceaux pour des orchestres symphoniques (Boulez a enregistré Zappa) ou des ensembles classiques (Ensemble Moderne). Fou de son, créateur d’une inventivité inépuisable, on retrouve chez lui quelques fois des timbres qui font penser à des registrations d’orgue (comme régale 16’ et cymbale). Son univers esthétique rejoint ainsi celui d’un certain style post-classique».

 

Loin « d’un rock à tout casser », ce programme vous réserve quelques surprises, en sus de l’incontournable reprise de la pièce Vevey, pour laquelle le téléphone sera évidemment superflu.

 

Passionné de claviers, orgue, clavecin, harmonium, Yves Rechsteiner aime les rencontres et les projets sans frontières.

 

Son activité d’enseignement de la basse continue (au Conservatoire National Supérieur de Lyon, dont il a dirigé le département de musique ancienne pendant

 

20 ans) l’a conduit à devenir aussi transcripteur et arrangeur, pour pouvoir mettre de l’orgue classique dans du rock ou de la musique traditionnelle suisse, ou encore de jouer tout seul la Symphonie Fantastique de Berlioz...

 

Après un parcours classique dans les conservatoires de Genève et Bâle, il obtient dans les années 90 plusieurs prix dans des Concours Internationaux (Genève, Bruges, Prague, Speyer) à l’orgue et au clavecin. Ses projets musicaux divers l’ont mené vers différents répertoires des musiques anciennes et baroques aux musiques symphoniques.

 

Il a fondé l’ensemble Alpbarock, a accompagné le baryton Arnaud Marzorati dans plusieurs projets et travaille en duo avec Henri-Charles Caget.

 

Depuis 2014, il dirige le festival Toulouse les Orgues, auquel il impulse le même esprit d’ouverture vers tous les styles musicaux.

 

Voyageur dans le temps musical, au travers des styles et des époques. Doux rêveur dans cette ère de zapping et de métissage. Il navigue de l’objet à l’instrument, du silence au geste sonore, tactile ou visuel, du verbe au rythme, sensibilisé par de multiples rencontres avec des compositeurs, ingénieurs du son, vidéastes, électro-acousticien, peintres, plasticiens, danseurs, chanteurs, écrivains…partageant les mêmes désirs de création spontanée.

 

 

 

Henri-Charles Caget est diplômé de nombreux conservatoires (Orléans, CRR d’Aubervilliers, CA de batterie Boursault-Lefèvre, du DNE SM de Lyon, CN SMD Lyon).

 

Il réalise master-classes, interventions pédagogiques et conférences autour du rythme et du silence. Il enregistre et tourne entre autres avec les Percussions Claviers de Lyon, Le Concert de l’Hostel Dieu, l’Ensemble Odyssée, Canticum Novum, Yves Rechsteiner, Emilie Simon...

 

Il est professeur de percussions, de musique de chambre et d’improvisation au CNSMD de Lyon. Il est batteur, percussionniste et improvisateur et conçoit des instruments et projets artistiques tel que l’orchestre cucurbital, «Bach en ombre».

 

Élevé au son de Jimi Hendrix, King Crimson et Frank Zappa, Frédéric Maurin abandonne très vite son métier d’ingénieur pour suivre en parallèle une formation jazz et une formation d’écriture classique.

 

Il dirige depuis 2004 l’ensemble Ping Machine, dont il compose le répertoire et avec lequel il remporte de nombreuses récompenses.

 

Il développe une musique singulière à l’imaginaire foisonnant et s’attache à proposer une écriture musicale très précise qui questionne le langage musical mais aussi les formes employées habituellement dans le jazz et les musiques improvisées dans le but de les renouveler.

 

Il est guitariste dans de nombreux projets, de l’ensemble contemporain Amalgammes, au Trio RC M, qui se consacre à une relecture de la musique de Frank Zappa et du rock progressif des années 70.

 

Il est également soliste invité par de nombreux orchestres symphoniques sur des programmes consacrés à la musique de Frank Zappa.

 

De 2011 à 2017, il est président de Grands Formats, fédération des grandes formations de jazz et de musiques à improviser sur l’ensemble du territoire français.

 

 

_________

 

Dimanche 24 mars 2019, 17h à Saint-Martin

Concert violoncelle baroque et orgue positif


REBECA FERRI, violoncelle

DANIEL CHAPPUIS, orgue positif

 

ŒUVRES DE MARCELLO, VIVALDI, GABRIELLI,

JACCHINI, CALDARA, PLATTI

 

DE BOLOGNE À VENISE 

 

Ces deux villes ont joué un rôle majeur entre la fin du XVIIème siècle et le début du XVIIIème, dans l’affirmation du violoncelle comme instrument soliste. De Bologne viennent les violoncellistes Domenico Gabrielli (1659-1690) et son élève Giuseppe Maria Jacchini (~1670-1727). De Venise, un autre violoncelliste, Antonio Caldara, (~1670-1736) ainsi que des compositeurs comme Benedetto Marcello (1686-1739) et bien sûr Antonio Vivaldi (1678-1741). Tous nous laissent de magnifiques sonates où vous entendrez la chaleur et la rondeur des cordes en boyau du violoncelle baroque.

Le modèle joué par Rebeca Ferri est réalisé par André Mehler (Leipzig 2011), d’après un original de Martinus Kaiser (Venezia 1679).

 

Rebeca Ferri, née à Rome en 1976, obtient son diplôme de violoncelle au Conservatoire Santa Cecilia en 1998 avec Maurizio Gambini, en parallèle avec ses études de flûte à bec.

Dès 1995, elle approfondit l'étude du violoncelle et de la musique d'ensemble avec Anner Bylsma, Gerhart Darmstadt, Roel Dieltiens, Balazs Maté, Stefano Veggetti, Jesper Christensen, Reinhard Goebel, Jordi Savall. Boursière de la "Fondation Yehudi Menuhin - live music now" en Allemagne, elle étudie avec Jaap ter Linden à la "Hochschule für Musik Würzburg", où elle obtient un diplôme de violoncelle baroque (2003).

Elle est membre des ensembles: Gli Incogniti, A l'Antica, Academia Montis Regalis, L'Astrée, A Musicall Banquet, Soavi Affetti, Accademia Ottoboni, Ensemble Baroque du Léman, Concerto Romano, Arte Musica, La Selva, Ensemble 1800, Insieme Strumentale di Roma, Il Sogno Barocco.

Elle collabore avec: Les Passions de l’Âme, Cappella Neapolitana, Freiburger Barockorchester, La Risonanza, Collegium pro Musica, Accademia degli Invaghiti, La Venexiana, Main-Barockorchester, Camerata Artemisia.

Rebeca Ferri a enregistré pour une dizaine de labels.

 

________

 

Dimanche 10 mars 2019, 17h à Sainte-Claire

RÉCITAL J-S. BACH

DANIEL CHAPPUIS, orgue

 

RECITAL BACH

 

Il peut sembler curieux, de prime abord, de choisir un instrument romantique germanique tel que le Goll de L’Eglise Ste-Claire (1898) pour jouer Bach, tant ses caractéristiques sonores semblent éloignées des instruments dont il disposait et qui font actuellement l’objet d’un intérêt croissant.

Il ne faut pas oublier cependant que Bach a été un phare pour les organistes tout au long du XIXème siècle. Beaucoup pensaient même que l’orgue « moderne » servait mieux son œuvre qu’un orgue « baroque », dont le souvenir était peut-être parfois, il est vrai, quelque peu effacé.

Il peut  être tentant pour un musicien d’aujourd’hui, de choisir les couleurs raffinées et en demi-teintes de l’orgue de l’Eglise Ste-Claire pour y jouer Bach.

Ce concert comprendra surtout des chorals, genre qu’il a illustré avec une imagination sans cesse renouvelée.

 

Daniel Chappuis, né en 1973, commence l’étude de l'orgue à Genève, avant d’obtenir une médaille d’or, dans la classe de Pierre Perdigon au conservatoire de Grenoble, suivi d’un premier prix de virtuosité, dans la classe de Jean-François Vaucher, au conservatoire de Lausanne. Il étudie parallèlement le clavecin et la basse continue avec Anne Gallet et Nicole Hostettler au Centre de Musique Ancienne de Genève.

 

Organiste titulaire de l'orgue Kuhn (1953) de l’Eglise Saint-Martin et de l'orgue historique Friedrich Goll (1898) de l’Eglise Sainte-Claire à Vevey, il s’est occupé de la restauration de l'orgue Goll, magnifiquement réalisée par la Manufacture Blumenrœder d’Haguenau. L’aventure se poursuit avec le projet de reconstruction du positif de dos de cet instrument, dont la forme de lyre est exceptionnelle.

 

L’orgue présentant des visages très divers, il est heureux par le biais de son activité de concertiste, d’en fréquenter la richesse de répertoire et de la faire partager à ses élèves.

 

_________

 

Dimanche 03 février 2019, 17h à Sainte-Claire

Concert d’orgue


CHISTIAN VON BLOHN

 

ŒUVRES DE SWEELINCK, BACH, BRANDMÜLLER, WIDOR, HAKIM

 

Ne redoutant pas la prise de risque et se libérant d’une certaine séparation des styles, Christian von Blohn vous

propose à l’orgue romantique de Ste-Claire un programme original et varié.

Partant du XVIIème siècle de Sweelinck et sa Fantaisie chromatique, il emprunte au clavecin du jeune Bach sa Toccata en ré Majeur, puis passe par notre époque avec Theo Brandmüller et les Sternenklänge avant de revenir vers un Widor plus classique avec le Salve Regina de la 2ème Symphonie. Il terminera par la pièce de Naji Hakim, Mit seinem Geist, variations sur le choral bien connu « Ein feste Burg ist unser Gott ».

 

Christian von Blohn est né en 1963 à Hombourg (Saar). Il termine ses études musicales avec l’examen A de Kirchenmusik (direction de chœur et d’orchestre avec Volker Hempfling et Dieter Loskant) et obtient un Diplôme d’éducation musicale avec l’orgue comme branche principale en 1987. Il étudie ensuite le piano avec Kurt Schmitt et la musique de chambre avec piano avec Walter Blankenheim et Jean Micault, ainsi que le clavecin avec Martin Galling. Il obtient ensuite un Premier Prix de virtuosité dans la classe d’André Luy au

Conservatoire de Lausanne en 1991. Il se perfectionne ensuite avec Daniel Chorzempa à la Musikakademie de Bâle et au Mozarteum de Salzburg, avant de poursuivre son perfectionnement avec Peter Hurford et Julian Smith à la  « Royal School of Church Music » en Grande-Bretagne. Christian Von Blohn a été cantor principal du diocèse de Spire et assure actuellement la même charge à l’Eglise  St-Josef de St-Ingbert.

Il collabore avec le Collegium Vocale de Blieskastel. Spécialisé dans la musique spirituelle.

Chrisitan Von Blohn enseigne à la Hochschule de Karlsruhe, Trossingen, Mannheim et celle de la Sarre.

Il déploie une activité de concertiste à travers toute l’Europe. Sa discographie comprend plusieurs CD et enregistrements pour la radio et la télévision.

 

_________

 

Dimanche 20 janvier 2019, 17h à Saint-Martin

Concert choeur et orgue


ENSEMBLE SILENTIUM

CÉLINE GRANDJEAN, direction

SALOMÉ CARIAGE-HORISBERGER, soprano

MANON DUBOC, alto

JEAN-CLAUDE CARIAGE, ténor

DANIEL BACSINSZKY, basse

SAMUEL COSANDEY, orgue

 

ŒUVRES DE GOUNOD, FRANCK

 

Programme romantique français pour ce concert donné par l’Ensemble Silentium. Le Requiem en Ut Majeur de Charles Gounod (1818-1893) est la dernière œuvre du compositeur, créée une année après sa mort et entendue ici dans une version avec orgue.

Le Dextera Domini pour chœur, contrebasse et orgue de César Franck (1822-1890) est un offertoire prévu pour le « Saint Jour de Pâques ». La Grande Pièce symphonique de Franck est souvent considérée comme la première symphonie pour orgue. Elle s’articule en plusieurs mouvements : Andantino serioso - Allegro ma non troppo – Andante - Allegro - Final.

 

Née en 1989, Céline Grandjean est titulaire d’un Master conjoint en pédagogie musicale « musique à l’école » de l’HEMU de Lausanne et en germanistique de l’Université de Lausanne, ainsi que d’un Master en musicologie de l’Université de Berne et d’un certificat supérieur de piano du Conservatoire de Lausanne.

À l’aise dans des répertoires variés, elle pratique chant et piano dans différents ensembles et dirige plusieurs chœurs : Chœur mixte de Corseaux (depuis 2010), Union Chorale de la Tour-de-Peilz depuis 2016. A la tête du chœur De Vives Voix (RTS Lausanne), elle a été cheffe assistante du Chœur Pro Arte de Lausanne.

En 2018, elle reprend le Chœur de la Cathédrale de Lausanne, le chœur de jeunes À Vaud Voix et est nommée Cheffe des chœurs adjointe de la prochaine Fête des Vignerons.

Vice-présidente de l’Association vaudoise des directeurs et directrices de chœurs, elle organise des modules de formation pour les chefs de chœurs suisses. Elle est membre du comité de la Fête de la musique de Lausanne et attachée de presse des Rencontres internationales harmoniques.

 

Samuel Cosandey, né en 1992, a terminé sa première formation en orgue chez Martine Reymond à Montreux.

Il poursuit ses études de musique avec Daniel Glaus, pour l’orgue et Andreas Erismann pour le clavicorde à la Haute Ecole des Arts de Berne, où il a obtenu en 2016 son Master en pédagogie et en 2018 son Master d’interprétation à l’orgue. Il travaille en outre avec Tobias Willi, Bernhard Haas et Ludger Lohmann.

Il s’intéresse au répertoire contemporain, notamment par le Théâtre Musical, découvert durant sa formation en compagnie de Pierre Sublet et Françoise Rivalland. Membre de la Schapelle, ensemble de musique ancienne avec lequel il découvre le répertoire original de la musique pour serpent, il tient en outre les claviers anciens au sein de l’Ensemble Polygon à Berne sous la direction de Maurice Donnet-Monay. Il étudie la composition avec Daniel Glaus. Organiste titulaire du Temple de Fribourg, il enseigne l'orgue au sein de l'Ecole de Musique d'Aigle. Samuel Cosandey est lauréat de l'International Organ Competition Berne 2015 et du prix d'études Pour-Cent culturel Migros.

 

L’Ensemble Silentium a été créé en 2015 dans le cadre d’un projet en hommage au compositeur estonien Arvo Pärt, sous l’impulsion de sa directrice Céline Grandjean. 

Composé d’une vingtaine de chanteurs travaillant par projet, son répertoire s’étend de l'époque baroque à la période contemporaine avec un fort penchant pour la musique accompagnée à l’orgue.

 

Salomé Cariage-Horisberger obtient un Bachelor en chant à l’HEMU de Lausanne (classe d’Hiroko Kawamichi) et un Master à l’HEMU de Genève (classe de Marcin Habela). Elle enseigne le chant en privé ainsi qu’à l’école de musique La Saltarelle à Pully. Elle s’est produite régulièrement avec les chœurs de l’Opéra de Lausanne et d’Avenches Opera. En soliste, elle chante le répertoire de musique sacrée et en récital les mélodies françaises et espagnoles, de lied et d’opéra.

 

Manon Duboc entre en 2016 dans la classe de Stephan MacLeod à la Haute Ecole de Musique de Lausanne. Elle travaille avec différents chefs comme Christophe Gesseney, Damien Luy et Nicolas Reymond, dans un répertoire allant du baroque (Le Messie, de Haendel) au contemporain (La messe à 6 voix solistes de Valentin Villard). Elle a étudié également la linguistique et la traduction en Irlande ainsi qu’en Australie. Elle a été durant sept ans Sapeur-Pompier dans un casernement lyonnais.

 

Jean-Claude Cariage obtient un Diplôme de chant dans la classe de Gary Magby et un Master d’interprétation en chant dans la classe de Frédéric Gindraux à l’HEMU de Lausanne. Il enseigne actuellement le chant en privé et à l’école de musique La Saltarelle à Pully. Dans le répertoire opératique, il a collaboré avec les troupes Operami et l’Opéra des champs.

 

Né en Suisse et d'origine hongroise, Daniel Bacsinszky exerce les activites de chanteur, chef de choeur et d'orchestre et enseignant. Ayant étudié à l'HEMU de Lausanne et à la HMTMH de Hanovre (D), il chante ensuite en tant que soliste sous la direction de chefs tels que Michel Corboz, Nicolas Chalvin, Sigiswald Kuijken, John Nelson ou encore Pierre Bleuse. Il fut notamment Calchas dans La Belle Hélène de Jacques Offenbach à Sion en septembre dernier.

 

_________

 

Dimanche 09 décembre 2018, 17h à Saint-Martin


CONCERT DE L'AVENT

Annaëlle DÉSERT, soprano,

Jennifer PELLAGAUD, soprano

Nicolas VIATTE, orgue

 

ŒUVRES DE CLERAMBAULT, CAMPRA, CHARPENTIER, CORETTE

 

Ce programme proposera notamment la Messe pour le tems de Noël de Michel Corrette (1707-1795). Constituée des cinq parties traditionnelles (Kyrie, Gloria, Sanctus et Benedictus, Agnus Dei), elle se situe dans la tradition de reprise du répertoire populaire dans la musique sacrée. S’il était courant d’entendre une Gavotte ou un Menuet en versets d'orgue sous le titre de Basse de trompette ou Trio, les chants populaires de Noël prenaient aussi volontiers place à l’église. La Messe de minuit de Marc-Antoine Charpentier en est un des plus célèbres exemples, sans oublier les innombrables variations pour orgue de ses contemporains. Ecrite pour deux voix solistes, la Messe de Corrette confie à l’orgue, outre le continuo, les transitions entre les parties, par une mise en variation des Noëls populaires.

 

Annaëlle Désert commence la musique très jeune à la maîtrise de l'Opéra de Lyon, puis étudie le violon au Conservatoire à rayonnement régional. Elle intègre ensuite en 2008 la classe de chant de Claire Marbot. Elle obtient en parallèle de ses études musicales un Bachelor de biologie-biochimie à l’Université Catholique de Lyon en 2013. La même année, elle intègre la Haute École de Musique de Lausanne dans la classe de Christian Immler puis de Hiroko Kawamichi, où elle obtient son Master en Interprétation. Afin de poursuivre sa formation et de se perfectionner en musique ancienne, tant dans la connaissance des styles que de la technique vocale, Annaëlle intègre en septembre 2018 la Schola Cantorum Basiliensis dans la classe de Rosa Dominguez. Parallèlement à sa formation, elle participe à de nombreux concerts que ce soit en tant que soliste ou choriste sous la direction de

L. Garcia Alarcon, B. de Billy, JC.Fasel… Depuis 2015, elle est soliste à la Cathédrale de Fribourg. Simultanément à ses activités de chanteuse, elle est aussi directrice de plusieurs chœurs, le chœur St Julien de Matran, Le muguet d’Avry et l’Echo de la Sarine de Rossens.

 

Jennifer Pellagaud intègre la Haute Ecole de Musique Vaud-Valais-Fribourg (HEMU) dans la classe de Jeannette Fischer où elle obtient son Master Concert-Interprétation en juin 2018.

Pendant sa formation à l’HEMU, elle a l’opportunité de se produire en soliste dans le Roi David d’Honegger, le Requiem de Fauré et fait ses débuts sur scène en tenant le premier rôle d’Annemarie Schwarzenbach dans Le Ruisseau noir, création de Guy-François Leuenberger et Elsa Rooke, sous la direction de Michael Wendeberg à Genève en Septembre 2015.

Elle se produit dans de nombreuses oeuvres sacrées et oratorios avec l’Orchestre de Chambre de Fribourg et chante également le soprano solo dans le Magnificat de J.S. Bach avec l’ensemble professionnel Orlando dirigé par Laurent Gendre.

Ses dernières productions incluent Sœur Blanche dans Dialogues des carmélites de Poulenc et la Voix humaine du même compositeur. L’été dernier, elle a incarné Pamina dans La flute enchantée de Mozart à Weimar.

Ses prochains projets incluent entre autres la deuxième dame dans La flute enchantée à l’opéra de Fribourg et la Voix humaine qu’elle redonnera à Genève.

 

Nicolas Viatte a d’abord étudié dans la classe d'orgue de Robert Märki au Conservatoire de Neuchâtel, où il a obtenu successivement un Diplôme d'enseignement d'orgue (1997), une Attestation de perfectionnement (1999) et un Diplôme d'enseignement des branches théoriques (2000). Il a ensuite travaillé avec Kei Koito au Conservatoire de Lausanne où il a obtenu un Diplôme de concert en 2003. Par ailleurs, il a complété  sa formation en travaillant l'improvisation au Conservatoire de Fribourg auprès de Jean-Louis Feiertag.

Depuis 2000, Nicolas Viatte est titulaire des orgues de l'église Notre-Dame de Vevey. Et depuis 2006, il se partage entre ce poste et celui de la Cathédrale St-Nicolas de Fribourg où il a été nommé, sur concours, co-titulaire des grandes orgues. Sa fonction d'organiste liturgique - qu'il mène avec des compétences largement reconnues - est un moment privilégié de sa vie professionnelle.

Nicolas Viatte se produit régulièrement en soliste et collabore, comme accompagnateur apprécié, avec divers solistes et ensembles instrumentaux ou vocaux.

 

_________

 

Dimanche 25 novembre 2018, 17h à Saint-Martin

Concert voix et orgue


ENSEMBLE DIAPHANE

DANIEL CHAPPUIS, orgue

 

ŒUVRES DE ROPARTZ, POULENC, DURUFLÉ, LANGLAIS, BRITTEN, MISKINIS, CAMPO, CAPLET, MC INTYRE, MIKLOS

 

L'Ensemble Diaphane propose un concert en mosaïque, où se mêlent les couleurs, les textures, les matériaux sonores de compositeurs des XXème et XXIèmesiècles.

Ce programme, dédié à la Vierge, est ponctué de pièces de l'ordinaire de la messe et part à la rencontre de l'écriture religieuse moderne, de Britten à Miklos, de Ropartz à Ko Matsushita, entre pièces à cappella et duo avec l'orgue de St-Martin.

Créé en 2016 sous l’impulsion de jeunes chanteuses étudiantes à la Haute Ecole de Musique de Lausanne, l’Ensemble Diaphane est un ensemble vocal féminin autogéré et sans cheffe, explorant principalement un répertoire moderne et contemporain. Constitué de 6 à 8 chanteuses selon les besoins et le répertoire, l’Ensemble Diaphane est en recherche constante d’un son homogène, visant à mêler sans pour autant brider les timbres riches et différents de ses membres. Si l’ensemble n’a pas de cheffe attitrée, c’est parce que ses huit chanteuses se partagent les responsabilités en une entente joyeuse. Musiciennes éclectiques, toutes ou presque pratiquent en effet également la direction de chœurs et partagent l’amour de la musique en ensemble. Par ailleurs, le travail vocal individuel que chaque chanteuse effectue permet à l’Ensemble Diaphane de s’attaquer à un répertoire des plus exigeants vocalement et musicalement.

L’Ensemble Diaphane est actuellement basé à Lausanne.

 

_________

 

Dimanche 27 mai 2018, 17h à Sainte-Claire

Concert orgue et voix

 

FRANÇOISE MASSET, soprano

DANIEL CHAPPUIS, orgue

 

 

ŒUVRES DE RHEINBERGER, ROPARTZ, WOLF, REGER, CHAUSSON, PEETERS

 

Ce programme donné sur un orgue à caractère germanique se propose de faire le lien entre la France et l'Allemagne.

 

Vous entendrez ainsi trois Religiöse Gesänge de Rheinberger, Trois prières de Ropartz. Max Reger a arrangé des versions pour orgue de certains lieder de Wolf qui conviennent fort bien à l'instrument à tuyaux.

 

En voici un exemple ainsi qu'un chant original de Reger.

 

Andriessen a écrit en français et latin des pièces originales. Nous nous aventurons dans le monde de la transcription avec la célèbre Chanson perpétuelle de Chausson, petite incursion en terre profane pour revenir au Speculume Vitae de Foor Peeters. Ce «Miroir de la Vie » évoque au travers des moments de la journée le cours de l'existence humaine.

 

 

FRANÇOISE MASSET reçoit sa formation musicale, vocale et universitaire aux CNR de Douai et de Paris, au Centre de Musique Baroque de Versailles et à la Sorbonne. Sur scène, en concert et au disque, elle interprète un répertoire diversifié, du baroque au contemporain. Ses rôles, les spectacles qu'elle a conçus et les ouvrages qu'elle a créés (dont la "Médée" de Michèle Reverdy à l'Opéra de Lyon), témoignent de sa curiosité et de son goût pour les rencontres musicales.

 

Le récital (avec piano, orgue, harpe, guitare...) et la musique de chambre sont des domaines qu'elle aime privilégier. L’Académie du disque lyrique lui a décerné l'Orphée d'or de la meilleure interprète de mélodies pour l'album "Les Compositeurs de Marceline Desbordes-Valmore" enregistré avec le pianiste Nicolas Stavy.

 

En 2017, elle chante dans "La Petite Renarde rusée" de Janacek, ainsi que dans "l'Enfant et les sortilèges" de Ravel, est en récital avec plusieurs amis organistes et interprète des mélodies romantiques scandinaves avec le guitariste Rémi Cassaigne.

 

Le critique Ivan Alexandre la salue comme "l'une de nos rares, de nos dernières diseuses, qui sait où placer l'accent tonique et l'accent pathétique dans l'Isis de Lully comme dans une chanson de Kosma..."

 

_________

 

Dimanche 29 avril 2018, 17h à Saint-Martin

Concert d’orgue


PASCAL SABOT

 

ŒUVRES DE BOËLY, FRANCK, MESSIAEN, GIGOUT


Résolument françaises et en accord avec l'esprit de l'orgue de Saint-Martin voulu par André Marchal et François Demierre, les œuvres de ce concert s'articulent autour de l'Ascension d'Olivier Messiaen. Ce polyptyque de quatre mouvements écrit en 1932, demeure un pilier du répertoire. Les quatre tableaux sont: Majesté du Christ demandant sa gloire au père, Alléluias sereins d'une âme qui désire le ciel, Transports de joie d'une âme devant  la gloire du Christ qui est la sienne, et enfin, Prière du Christ montant vers son père.

Le reste du programme sera réservé aux générations précédentes. Boëly ouvrira les feux avec sa Toccata en si mineur op. 43/13 que Saint-Saëns qualifiait de " pur chef-d'œuvre." De Franck, vous entendrez le Cantabile et la Pièce héroïque, d'Eugène Gigout le Scherzo.

PASCAL SABOT décide de se consacrer à la musique après des études techniques.

Il est tout d’abord l’élève de Chantal De Zeeuw, auprès de laquelle il reçoit une formation complète au conservatoire de Saint-Etienne. Pendant ces années de découverte et d’apprentissage, il bénéficie également des conseils de Jean Wallet.

Il organise alors son perfectionnement sous la forme d'un compagnonnage musical effectué auprès d'artistes qu'il affectionne tout particulièrement, il bénéficie ainsi de l'enseignement de Jean-Charles Ablitzer au conservatoire de Belfort, Jean-Pierre Leguay au conservatoire de Dijon et Louis Thiry au conservatoire de Rouen.

Nourrissant un vif intérêt pour le clavecin, il se forme à la technique et au répertoire de cet instrument auprès de Martial Morand au CRR de Saint-Etienne.

Il est organiste co-titulaire de l'orgue Callinet de l’église Saint-Pierre de Saint-Chamond.

Titulaire du Diplôme d’Etat de musique ancienne et lauréat du concours de Professeur d'orgue. Il enseigne dans les conservatoires du Creusot et Montceau-les-Mines ainsi qu’à Boën-sur-Lignon, au sein de l’Association des amis de l’orgue. Il participe également aux stages d'orgue d'été d’Annecy et de Montbrison.

 

_________

 

Dimanche 4 mars 2018, 17h à Saint-Martin

Concert d’orgue


DANIEL CHAPPUIS

ŒUVRES DE BACH ET BUXTEHUDE


L'on connaît certes l'épisode  du voyage que fit Bach d'Arnstadt à Lübeck pour rencontrer Buxtehude, le musicien si célèbre de l'église Sainte-Marie. Les traces de l'art de Buxtehude sont bien perceptibles dans certaines œuvres de Bach, surtout celles composées après le retour de ce voyage. Le programme de ce concert ne cherche pas, cependant, à mettre en miroir les deux compositeurs. Au contraire, préludes et fugues, chorals, canzonas, sonates et concertos  prendront des orientations stylistiques différentes et la filiation sera peut-être plus apparente que réelle.

DANIEL CHAPPUIS étudie l'orgue à Genève, puis avec Pierre Perdigon au conservatoire de Grenoble (médaille d’or en 1995) et Jean-François Vaucher au conservatoire de Lausanne (premier prix de virtuosité et diplôme d’enseignement en 1999).

Depuis 2008, il est organiste titulaire de l'orgue Kuhn (1953) de l'église Saint-Martin et de l'orgue historique Friedrich Goll (1898) de l'église Sainte-Claire à Vevey.

Passionné par un large répertoire, il est heureux de partager avec ses élèves le fruit de ses recherches et de son travail.

Il s'est occupé activement, au sein du comité de l'Association pour la Restauration de l'Orgue de Sainte-Claire (AROSC), du projet de restauration de l'orgue Goll.


_________

 

Dimanche 4 février 2018, 17h à Saint-Martin

Concert d’orgue

TOBIAS WILLI

ŒUVRES DE LA FAMILLE ALAIN 


Tobias Willi propose un programme consacré à trois compositeurs de la famille Alain : Albert, Jehan et Olivier.

Albert (1880-1971), organiste de Saint-Germain-en-Laye, nous laisse une œuvre marquée par le renouveau liturgique de l'aube du 20ème siècle, imprégné de chant grégorien. Passionné de facture d'orgue, il construisit un instrument dans la maison familiale, qu'il agrandit sa vie durant. Son fils aîné, Jehan, (1911-1940), compositeur et improvisateur prodigieusement doué, inspiré par l'orgue de son père, écrit une œuvre influencée notamment par le grégorien, la musique ancienne,  les modes et rythmes orientaux, sans oublier le jazz. Sa sœur Marie-Claire  (1926-2013) s'attachera à la diffuser à travers le monde. L'œuvre d'Olivier (1918-1994) est très personnelle et fort bien écrite pour l'orgue. Moins connue que celle de Jehan, ce concert fournira une belle occasion de la (re)découvrir. Enfin, signalons que l'orgue d'Albert Alain a été restauré et remonté à la Grange de la Dîme, à Romainmôtier.

Né en 1976, TOBIAS WILLI étudie de 1997 à 2003 à la Haute Ecole de Musique de Bâle dans la classe d’orgue de Guy Bovet (diplôme d’enseignement et diplôme de soliste d’orgue avec distinction en été 2003) et dans la classe de piano de Jürg Wyttenbach (diplôme d’enseignement de piano avec distinction en été 2002). De septembre 2003 à juillet 2005, il se perfectionne au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse à Paris dans la classe d’orgue d’Olivier Latry et de Michel Bouvard.

Depuis 2010, Tobias Willi est professeur d’orgue et d’improvisation à la Haute Ecole des Arts de Zurich (ZHdK). A côté de ces activités pédagogiques, il est organiste-titulaire de la Johanneskirche de Zurich et se produit régulièrement dans de nombreux récitals d’orgue en Suisse et à l’étranger. La musique contemporaine occupe une place centrale dans son répertoire.

 

_________

 

Dimanche 21 janvier 2018, 17h à Sainte-Claire

Concert d’orgue

RODOLF MEYER


ŒUVRES DE SAINT-SAËNS, BACH, GUILMANT, MÜLLER-ZÜRICH, CHOPIN, MERKEL, DVORAK

 

Rudolf Meyer a composé pour ce concert un programme alternant des pièces d'inspiration latine et germanique. Vous entendrez le Prélude et Fugue en si majeur de Saint-Saëns, suivi de la Sinfonia de la cantate 21 de Bach, « Ich hatte viel Bekümmernis », adaptée à l'orgue par Liszt. Le compositeur français Alexandre Guilmant suivra avec ses variations sur le choral « Was Gott tut, das ist wohlgetan ». Le zurichois Paul Müller-Zürich sera ensuite à l'honneur avec son Prélude et Fugue en mi mineur, op.22. Après la Valse en la mineur op.34/2 de Chopin (transcription R. Meyer), le concert se terminera par les Variations sur un thème de Beethoven op.109 de Gustav Adolf Merkel et la Berceuse (1894) de Dvorak, dans une version pour orgue de Rudolf Meyer.

 

RUDOLF MEYER se présente:

Je suis né dans une grande famille de pasteur au bord du lac de Zurich, imprégnée de musique sacrée. Cela m'a conduit ensuite à entreprendre des études d'orgue, de maître de chapelle, de composition et de professeur de musique dans les écoles. J'ai aussi travaillé à Paris avec Marie-Claire Alain (interprétation) et Jean Guillou (improvisation). Après avoir occupé diverses  fonctions musicales à Berthoud et Rapperswil, j’ai enseigné 25 ans au Conservatoire de Winterthur. Organiste à la Stadtkirche de la même ville, j'ai joué les deux magnifiques orgues de Walcker (1888) et Metzler (1983). Ce fût l'occasion d'y déployer une riche activité culturelle, avec concerts et présentations.

Pendant ma carrière d’organiste, je me suis engagé comme consultant pour divers projets concernant les orgues, notamment pour la sauvegarde d’instruments dits non-contemporains. Quelle chance de jouer aujourd’hui l’orgue Goll de Ste-Claire !

 

_________


Dimanche 26 novembre 2017, 17h à Saint-Martin

Concert de l’Avent


MARTINE REYMOND, orgue

JOSQUIN PIGUET, trompette et cornet à bouquin

 

ŒUVRES DE BACH, KREBS, BALBASTRE, BRAHMS, LANGLAIS, FROIDEVAUX

 

Bien que construit en bois recouvert de cuir, le cornet à bouquin est un instrument rattaché à la famille des cuivres, en raison de la façon dont l’interprète produit le son: il fait vibrer ses lèvres dans une petite embouchure, le plus souvent faite en corne. A son âge d’or, au tournant des XVIème et XVIIème siècles, on dit qu’il est l’instrument le plus à même d’imiter la voix humaine, qui reste à cette époque le modèle pour tous les instruments.

Ce concert vous propose un choix d'oeuvres partant de l'époque baroque et aboutissant au XXIème siècle.

Né en 1992, Josquin Piguet étudie la trompette avec Robert Ischer et Oli