logo Concerts St-Martin

Société
des Concerts
de St-Martin


DATES DE NOS PROCHAINS CONCERTS

DE LA SAISON 2018 - 2019

 

Mesdames, Messieurs,

 

Une nouvelle saison de concerts vous est proposée, à l’Église Saint-Martin et ses deux orgues ainsi qu’à l’Église Sainte-Claire et son orgue Goll restauré. La voix y tient une large place avec un concert à deux solistes et deux concerts avec chœurs. Deux récitals d’orgue et un concert avec violoncelle baroque constituent la partie « classique » de cette programmation.

En effet, nous terminerons la saison par deux projets sortant de l’ordinaire. Tout d’abord, un concert mêlant orgue et rock progressif. Ensuite, 2019 étant l’année de la Fête des Vignerons, nous saisirons l’occasion de revisiter le répertoire des anciennes fêtes, mais sous une forme nouvelle, de jeunes organistes se partageront les claviers pour une Nuit de l’orgue où ils improviseront sur des mélodies connues ou à (re)découvrir.

Une fois encore, nous tenons à remercier la Ville de Vevey et plus particulièrement le Service Culturel sans le soutien desquels ces concerts ne sauraient avoir lieu.

Toute l'équipe d'organisation se réjouit de vous accueillir à Saint-Martin ou à Sainte-Claire pour cette nouvelle saison!

 

Pour le comité d'organisation: Daniel Chappuis


 

ÉGLISE SAINT-MARTIN,

Bd St-Martin, Vevey


ÉGLISE SAINTE-CLAIRE,

A l'angle de la Rue Ste-Claire et Rue du Collège, Vevey

_________


Dimanche 25 novembre 2018, 17h à Saint-Martin

Concert voix et orgue

ENSEMBLE DIAPHANE

DANIEL CHAPPUIS, orgue


ŒUVRES DE ROPARTZ, POULENC, DURUFLÉ, LANGLAIS, BRITTEN, MISKINIS, CAMPO, CAPLET, MC INTYRE, MIKLOS

 

L'Ensemble Diaphane propose un concert en mosaïque, où se mêlent les couleurs, les textures, les matériaux sonores de compositeurs des XXème et XXIèmesiècles.

Ce programme, dédié à la Vierge, est ponctué de pièces de l'ordinaire de la messe et part à la rencontre de l'écriture religieuse moderne, de Britten à Miklos, de Ropartz à Ko Matsushita, entre pièces à cappella et duo avec l'orgue de St-Martin.

Créé en 2016 sous l’impulsion de jeunes chanteuses étudiantes à la Haute Ecole de Musique de Lausanne, l’Ensemble Diaphane est un ensemble vocal féminin autogéré et sans cheffe, explorant principalement un répertoire moderne et contemporain. Constitué de 6 à 8 chanteuses selon les besoins et le répertoire, l’Ensemble Diaphane est en recherche constante d’un son homogène, visant à mêler sans pour autant brider les timbres riches et différents de ses membres. Si l’ensemble n’a pas de cheffe attitrée, c’est parce que ses huit chanteuses se partagent les responsabilités en une entente joyeuse. Musiciennes éclectiques, toutes ou presque pratiquent en effet également la direction de chœurs et partagent l’amour de la musique en ensemble. Par ailleurs, le travail vocal individuel que chaque chanteuse effectue permet à l’Ensemble Diaphane de s’attaquer à un répertoire des plus exigeants vocalement et musicalement.

L’Ensemble Diaphane est actuellement basé à Lausanne.


 

_________

 

Dimanche 09 décembre 2018, 17h à Saint-Martin

CONCERT DE L'AVENT

Annaëlle DÉSERT, soprano,

Jennifer PELLAGAUD, soprano

Nicolas VIATTE, orgue

 

ŒUVRES DE CLERAMBAULT, CAMPRA, CHARPENTIER, CORETTE

 

Ce programme proposera notamment la Messe pour le tems de Noël de Michel Corrette (1707-1795). Constituée des cinq parties traditionnelles (Kyrie, Gloria, Sanctus et Benedictus, Agnus Dei), elle se situe dans la tradition de reprise du répertoire populaire dans la musique sacrée. S’il était courant d’entendre une Gavotte ou un Menuet en versets d'orgue sous le titre de Basse de trompette ou Trio, les chants populaires de Noël prenaient aussi volontiers place à l’église. La Messe de minuit de Marc-Antoine Charpentier en est un des plus célèbres exemples, sans oublier les innombrables variations pour orgue de ses contemporains. Ecrite pour deux voix solistes, la Messe de Corrette confie à l’orgue, outre le continuo, les transitions entre les parties, par une mise en variation des Noëls populaires.

 

Annaëlle Désert commence la musique très jeune à la maîtrise de l'Opéra de Lyon, puis étudie le violon au Conservatoire à rayonnement régional. Elle intègre ensuite en 2008 la classe de chant de Claire Marbot. Elle obtient en parallèle de ses études musicales un Bachelor de biologie-biochimie à l’Université Catholique de Lyon en 2013. La même année, elle intègre la Haute École de Musique de Lausanne dans la classe de Christian Immler puis de Hiroko Kawamichi, où elle obtient son Master en Interprétation. Afin de poursuivre sa formation et de se perfectionner en musique ancienne, tant dans la connaissance des styles que de la technique vocale, Annaëlle intègre en septembre 2018 la Schola Cantorum Basiliensis dans la classe de Rosa Dominguez. Parallèlement à sa formation, elle participe à de nombreux concerts que ce soit en tant que soliste ou choriste sous la direction de

L. Garcia Alarcon, B. de Billy, JC.Fasel… Depuis 2015, elle est soliste à la Cathédrale de Fribourg. Simultanément à ses activités de chanteuse, elle est aussi directrice de plusieurs chœurs, le chœur St Julien de Matran, Le muguet d’Avry et l’Echo de la Sarine de Rossens.

 

Jennifer Pellagaud intègre la Haute Ecole de Musique Vaud-Valais-Fribourg (HEMU) dans la classe de Jeannette Fischer où elle obtient son Master Concert-Interprétation en juin 2018.

Pendant sa formation à l’HEMU, elle a l’opportunité de se produire en soliste dans le Roi David d’Honegger, le Requiem de Fauré et fait ses débuts sur scène en tenant le premier rôle d’Annemarie Schwarzenbach dans Le Ruisseau noir, création de Guy-François Leuenberger et Elsa Rooke, sous la direction de Michael Wendeberg à Genève en Septembre 2015.

Elle se produit dans de nombreuses oeuvres sacrées et oratorios avec l’Orchestre de Chambre de Fribourg et chante également le soprano solo dans le Magnificat de J.S. Bach avec l’ensemble professionnel Orlando dirigé par Laurent Gendre.

Ses dernières productions incluent Sœur Blanche dans Dialogues des carmélites de Poulenc et la Voix humaine du même compositeur. L’été dernier, elle a incarné Pamina dans La flute enchantée de Mozart à Weimar.

Ses prochains projets incluent entre autres la deuxième dame dans La flute enchantée à l’opéra de Fribourg et la Voix humaine qu’elle redonnera à Genève.

 

Nicolas Viatte a d’abord étudié dans la classe d'orgue de Robert Märki au Conservatoire de Neuchâtel, où il a obtenu successivement un Diplôme d'enseignement d'orgue (1997), une Attestation de perfectionnement (1999) et un Diplôme d'enseignement des branches théoriques (2000). Il a ensuite travaillé avec Kei Koito au Conservatoire de Lausanne où il a obtenu un Diplôme de concert en 2003. Par ailleurs, il a complété  sa formation en travaillant l'improvisation au Conservatoire de Fribourg auprès de Jean-Louis Feiertag.

Depuis 2000, Nicolas Viatte est titulaire des orgues de l'église Notre-Dame de Vevey. Et depuis 2006, il se partage entre ce poste et celui de la Cathédrale St-Nicolas de Fribourg où il a été nommé, sur concours, co-titulaire des grandes orgues. Sa fonction d'organiste liturgique - qu'il mène avec des compétences largement reconnues - est un moment privilégié de sa vie professionnelle.

Nicolas Viatte se produit régulièrement en soliste et collabore, comme accompagnateur apprécié, avec divers solistes et ensembles instrumentaux ou vocaux.

 


_________

 

Dimanche 20 janvier 2019, 17h à Saint-Martin

Concert choeur et orgue

ENSEMBLE SILENTIUM

CÉLINE GRANDJEAN, direction

SALOMÉ CARIAGE-HORISBERGER, soprano

JEAN-CLAUDE CARIAGE, ténor

DANIEL BACSINSZKY, basse

SAMUEL COSANDEY, orgue

 

ŒUVRES DE GOUNOD, FRANCK

 

Programme romantique français pour ce concert donné par l’Ensemble Silentium. Le Requiem en Ut Majeur de Charles Gounod (1818-1893) est la dernière œuvre du compositeur, créée une année après sa mort et entendue ici dans une version avec orgue.

Le Dextera Domini pour chœur, contrebasse et orgue de César Franck (1822-1890) est un offertoire prévu pour le « Saint Jour de Pâques ». La Grande Pièce symphonique de Franck est souvent considérée comme la première symphonie pour orgue. Elle s’articule en plusieurs mouvements : Andantino serioso - Allegro ma non troppo – Andante - Allegro - Final.

 

Née en 1989, Céline Grandjean est titulaire d’un Master conjoint en pédagogie musicale « musique à l’école » de l’HEMU de Lausanne et en germanistique de l’Université de Lausanne, ainsi que d’un Master en musicologie de l’Université de Berne et d’un certificat supérieur de piano du Conservatoire de Lausanne.

À l’aise dans des répertoires variés, elle pratique chant et piano dans différents ensembles et dirige plusieurs chœurs : Chœur mixte de Corseaux (depuis 2010), Union Chorale de la Tour-de-Peilz depuis 2016. A la tête du chœur De Vives Voix (RTS Lausanne), elle a été cheffe assistante du Chœur Pro Arte de Lausanne.

En 2018, elle reprend le Chœur de la Cathédrale de Lausanne, le chœur de jeunes À Vaud Voix et est nommée Cheffe des chœurs adjointe de la prochaine Fête des Vignerons.

Vice-présidente de l’Association vaudoise des directeurs et directrices de chœurs, elle organise des modules de formation pour les chefs de chœurs suisses. Elle est membre du comité de la Fête de la musique de Lausanne et attachée de presse des Rencontres internationales harmoniques.

 

Samuel Cosandey, né en 1992, a terminé sa première formation en orgue chez Martine Reymond à Montreux.

Il poursuit ses études de musique avec Daniel Glaus, pour l’orgue et Andreas Erismann pour le clavicorde à la Haute Ecole des Arts de Berne, où il a obtenu en 2016 son Master en pédagogie et en 2018 son Master d’interprétation à l’orgue. Il travaille en outre avec Tobias Willi, Bernhard Haas et Ludger Lohmann.

Il s’intéresse au répertoire contemporain, notamment par le Théâtre Musical, découvert durant sa formation en compagnie de Pierre Sublet et Françoise Rivalland. Membre de la Schapelle, ensemble de musique ancienne avec lequel il découvre le répertoire original de la musique pour serpent, il tient en outre les claviers anciens au sein de l’Ensemble Polygon à Berne sous la direction de Maurice Donnet-Monay. Il étudie la composition avec Daniel Glaus. Organiste titulaire du Temple de Fribourg, il enseigne l'orgue au sein de l'Ecole de Musique d'Aigle. Samuel Cosandey est lauréat de l'International Organ Competition Berne 2015 et du prix d'études Pour-Cent culturel Migros.

 

L’Ensemble Silentium a été créé en 2015 dans le cadre d’un projet en hommage au compositeur estonien Arvo Pärt, sous l’impulsion de sa directrice Céline Grandjean. 

Composé d’une vingtaine de chanteurs travaillant par projet, son répertoire s’étend de l'époque baroque à la période contemporaine avec un fort penchant pour la musique accompagnée à l’orgue.

 

Salomé Cariage-Horisberger obtient un Bachelor en chant à l’HEMU de Lausanne (classe d’Hiroko Kawamichi) et un Master à l’HEMU de Genève (classe de Marcin Habela). Elle enseigne le chant en privé ainsi qu’à l’école de musique La Saltarelle à Pully. Elle s’est produite régulièrement avec les chœurs de l’Opéra de Lausanne et d’Avenches Opera. En soliste, elle chante le répertoire de musique sacrée et en récital les mélodies françaises et espagnoles, de lied et d’opéra.

 

Jean-Claude Cariage obtient un Diplôme de chant dans la classe de Gary Magby et un Master d’interprétation en chant dans la classe de Frédéric Gindraux à l’HEMU de Lausanne. Il enseigne actuellement le chant en privé et à l’école de musique La Saltarelle à Pully. Dans le répertoire opératique, il a collaboré avec les troupes Operami et l’Opéra des champs.


Né en Suisse et d'origine hongroise, Daniel Bacsinszky exerce les activites de chanteur, chef de choeur etd'orchestre et enseignant. Ayant étudié à l'HEMU de Lausanne et à la HMTMH de Hanovre (D), il chante ensuite en tant que soliste sous la direction de chefs tels que Michel Corboz, Nicolas Chalvin, Sigiswald Kuijken, John Nelson ou encore Pierre Bleuse. Il fut notamment Calchas dans La Belle Hélène de Jacques Offenbach à Sion en septembre dernier.

 

_________

 

Dimanche 03 février 2019, 17h à Sainte-Claire

Concert d’orgue

CHISTIAN VON BLOHN

 

ŒUVRES DE SWEELINCK, BACH, BRANDMÜLLER, WIDOR, HAKIM


Ne redoutant pas la prise de risque et se libérant d’une certaine séparation des styles, Christian von Blohn vous

propose à l’orgue romantique de Ste-Claire un programme original et varié.

Partant du XVIIème siècle de Sweelinck et sa Fantaisie chromatique, il emprunte au clavecin du jeune Bach sa Toccata en ré Majeur, puis passe par notre époque avec Theo Brandmüller et les Sternenklänge avant de revenir vers un Widor plus classique avec le Salve Regina de la 2ème Symphonie. Il terminera par la pièce de Naji Hakim, Mit seinem Geist, variations sur le choral bien connu « Ein feste Burg ist unser Gott ».


Christian von Blohn est né en 1963 à Hombourg (Saar). Il termine ses études musicales avec l’examen A de Kirchenmusik (direction de chœur et d’orchestre avec Volker Hempfling et Dieter Loskant) et obtient un Diplôme d’éducation musicale avec l’orgue comme branche principale en 1987. Il étudie ensuite le piano avec Kurt Schmitt et la musique de chambre avec piano avec Walter Blankenheim et Jean Micault, ainsi que le clavecin avec Martin Galling. Il obtient ensuite un Premier Prix de virtuosité dans la classe d’André Luy au

Conservatoire de Lausanne en 1991. Il se perfectionne ensuite avec Daniel Chorzempa à la Musikakademie de Bâle et au Mozarteum de Salzburg, avant de poursuivre son perfectionnement avec Peter Hurford et Julian Smith à la  « Royal School of Church Music » en Grande-Bretagne. Christian Von Blohn a été cantor principal du diocèse de Spire et assure actuellement la même charge à l’Eglise  St-Josef de St-Ingbert.

Il collabore avec le Collegium Vocale de Blieskastel. spécialisé dans la musique spirituelle.

Chrisitan Von Blohn enseigne à la Hochschule de Karlsruhe, Trossingen, Mannheim et celle de la Sarre.

Il déploie une activité de concertiste à travers toute l’Europe. Sa discographie comprend plusieurs CD et enregistrements pour la radio et la télévision.

 


_________

 

Dimanche 10 mars 2019, 17h à Sainte-Claire

RÉCITAL J-S. BACH

DANIEL CHAPPUIS, orgue


RECITAL BACH

 

Il peut sembler curieux, de prime abord, de choisir un instrument romantique germanique tel que le Goll de L’Eglise Ste-Claire (1898) pour jouer Bach, tant ses caractéristiques sonores semblent éloignées des instruments dont il disposait et qui font actuellement l’objet d’un intérêt croissant.

Il ne faut pas oublier cependant que Bach a été un phare pour les organistes tout au long du XIXème siècle. Beaucoup pensaient même que l’orgue « moderne » servait mieux son œuvre qu’un orgue « baroque », dont le souvenir était peut-être parfois, il est vrai, quelque peu effacé.

Il peut  être tentant pour un musicien d’aujourd’hui, de choisir les couleurs raffinées et en demi-teintes de l’orgue de l’Eglise Ste-Claire pour y jouer Bach.

Ce concert comprendra surtout des chorals, genre qu’il a illustré avec une imagination sans cesse renouvelée.

 

Daniel Chappuis, né en 1973, commence l’étude de l'orgue à Genève, avant d’obtenir une médaille d’or, dans la classe de Pierre Perdigon au conservatoire de Grenoble, suivi d’un premier prix de virtuosité, dans la classe de Jean-François Vaucher, au conservatoire de Lausanne. Il étudie parallèlement le clavecin et la basse continue avec Anne Gallet et Nicole Hostettler au Centre de Musique Ancienne de Genève.

 

Organiste titulaire de l'orgue Kuhn (1953) de l’Eglise Saint-Martin et de l'orgue historique Friedrich Goll (1898) de l’Eglise Sainte-Claire à Vevey, il s’est occupé de la restauration de l'orgue Goll, magnifiquement réalisée par la Manufacture Blumenrœder d’Haguenau. L’aventure se poursuit avec le projet de reconstruction du positif de dos de cet instrument, dont la forme de lyre est exceptionnelle.

 

L’orgue présentant des visages très divers, il est heureux par le biais de son activité de concertiste, d’en fréquenter la richesse de répertoire et de la faire partager à ses élèves.

 


_________

 

Dimanche 24 mars 2019, 17h à Saint-Martin

Concert violoncelle baroque et orgue positif

REBECA FERRI, violoncelle

DANIEL CHAPPUIS, orgue positif


ŒUVRES DE MARCELLO, VIVALDI, GABRIELLI,

JACCHINI, CALDARA, PLATTI

 

DE BOLOGNE À VENISE 

 

Ces deux villes ont joué un rôle majeur entre la fin du XVIIème siècle et le début du XVIIIème, dans l’affirmation du violoncelle comme instrument soliste. De Bologne viennent les violoncellistes Domenico Gabrielli (1659-1690) et son élève Giuseppe Maria Jacchini (~1670-1727). De Venise, un autre violoncelliste, Antonio Caldara, (~1670-1736) ainsi que des compositeurs comme Benedetto Marcello (1686-1739) et bien sûr Antonio Vivaldi (1678-1741). Tous nous laissent de magnifiques sonates où vous entendrez la chaleur et la rondeur des cordes en boyau du violoncelle baroque.

Le modèle joué par Rebeca Ferri est réalisé par André Mehler (Leipzig 2011), d’après un original de Martinus Kaiser (Venezia 1679).

 

Rebeca Ferri, née à Rome en 1976, obtient son diplôme de violoncelle au Conservatoire Santa Cecilia en 1998 avec Maurizio Gambini, en parallèle avec ses études de flûte à bec.

Dès 1995, elle approfondit l'étude du violoncelle et de la musique d'ensemble avec Anner Bylsma, Gerhart Darmstadt, Roel Dieltiens, Balazs Maté, Stefano Veggetti, Jesper Christensen, Reinhard Goebel, Jordi Savall. Boursière de la "Fondation Yehudi Menuhin - live music now" en Allemagne, elle étudie avec Jaap ter Linden à la "Hochschule für Musik Würzburg", où elle obtient un diplôme de violoncelle baroque (2003).

Elle est membre des ensembles: Gli Incogniti, A l'Antica, Academia Montis Regalis, L'Astrée, A Musicall Banquet, Soavi Affetti, Accademia Ottoboni, Ensemble Baroque du Léman, Concerto Romano, Arte Musica, La Selva, Ensemble 1800, Insieme Strumentale di Roma, Il Sogno Barocco.

Elle collabore avec: Les Passions de l’Âme, Cappella Neapolitana, Freiburger Barockorchester, La Risonanza, Collegium pro Musica, Accademia degli Invaghiti, La Venexiana, Main-Barockorchester, Camerata Artemisia.

Rebeca Ferri a enregistré pour une dizaine de labels.

 


_________

 

Dimanche 05 mai 2019, 17h à Saint-Martin

TRIO ORGAN AND ROCK

YVES RECHSTEINER, orgue

HENRI-CHARLES CAGET, percussions

FRÉDÉRIC MAURIN, guitare électrique


ORGUE ET ROCK

 

Associer orgue et rock peut sembler étrange: leurs univers sonores semblent si éloignés ! Et pourtant…

En 1977, le groupe YES enregistre aux "Mountains Studio" de Monteux l’album «Going for the One». Dans Awaken, Parallels et  Vevey, on peut entendre l’orgue de l’Eglise St-Martin, calme ou virtuose, jouant en même temps que les musiciens de Montreux ! Comment pouvaient-ils se rejoindre? Par le fil du téléphone, tout simplement.

Ainsi que l’explique Frédéric Maurin, «Pink Floyd, King Crimson, Emerson, Lake & Palmer, Frank Zappa, Yes, Genesis… Ces musiques ont bercé notre enfance. Même si nos parcours nous ont conduits vers d’autres univers, ces groupes sont inscrits dans nos gènes musicaux. Et leurs compositions, parfois incroyablement raffinées par rapport à certains formats en vigueur dans la pop music et présentant souvent des références à la musique symphonique, sont une part importante de la création musicale des années soixante-dix».

A propos d’un Franck Zappa, Yves Rechsteiner remarque par exemple, «J’ai rencontré la musique de Frank Zappa à travers G- Spot Tornado. Trois minutes de fascination totale et l’intuition que cette musique si riche et complexe pouvait s’exprimer aussi au travers de l’orgue». Et d’ajouter «Zappa a touché à tous les styles : jazz, rock, électro, musique contemporaine. Guitariste génial, il composait aussi grâce à son synclavier et repensait les mêmes morceaux pour des orchestres symphoniques (Boulez a enregistré Zappa) ou des ensembles classiques (Ensemble Moderne). Fou de son, créateur d’une inventivité inépuisable, on retrouve chez lui quelques fois des timbres qui font penser à des registrations d’orgue (comme régale 16’ et cymbale). Son univers esthétique rejoint ainsi celui d’un certain style post-classique».

Loin « d’un rock à tout casser », ce programme vous réserve quelques surprises, en sus de l’incontournable reprise de la pièce Vevey, pour laquelle le téléphone sera évidemment superflu.

 

Passionné de claviers, orgue, clavecin, harmonium, Yves Rechsteiner aime les rencontres et les projets sans frontières.

Son activité d’enseignement de la basse continue (au Conservatoire National Supérieur de Lyon, dont il a dirigé le département de musique ancienne pendant

20 ans) l’a conduit à devenir aussi transcripteur et arrangeur, pour pouvoir mettre de l’orgue classique dans du rock ou de la musique traditionnelle suisse, ou encore de jouer tout seul la Symphonie Fantastique

de Berlioz...

Après un parcours classique dans les conservatoires de Genève et Bâle, il obtient dans les années 90 plusieurs prix dans des Concours Internationaux (Genève, Bruges, Prague, Speyer) à l’orgue et au clavecin. Ses projets musicaux divers l’ont mené vers différents répertoires des musiques anciennes et baroques aux musiques symphoniques.

Il a fondé l’ensemble Alpbarock, a accompagné le baryton Arnaud Marzorati dans plusieurs projets et travaille en duo avec Henri-Charles Caget.

Depuis 2014, il dirige le festival Toulouse les Orgues, auquel il impulse le même esprit d’ouverture vers tous les styles musicaux.

Voyageur dans le temps musical, au travers des styles et des époques. Doux rêveur dans cette ère de zapping et de métissage. Il navigue de l’objet à l’instrument, du silence au geste sonore, tactile ou visuel, du verbe au rythme, sensibilisé par de multiples rencontres avec des compositeurs, ingénieurs du son, vidéastes, électro-acousticien, peintres, plasticiens, danseurs, chanteurs, écrivains…partageant les mêmes désirs de création spontanée.

 

Henri-Charles Caget est diplômé de nombreux conservatoires (Orléans, CRR d’Aubervilliers, CA de batterie Boursault-Lefèvre, du DNE SM de Lyon,

CN SMD Lyon).

Il réalise master-classes, interventions pédagogiques et conférences autour du rythme et du silence. Il enregistre et tourne entre autres avec les Percussions Claviers de Lyon, Le Concert de l’Hostel Dieu, l’Ensemble Odyssée, Canticum Novum, Yves Rechsteiner, Emilie Simon...

Il est professeur de percussions, de musique de chambre et d’improvisation au CNSMD de Lyon. Il est batteur, percussionniste et improvisateur et conçoit des instruments et projets artistiques tel que l’orchestre cucurbital, «Bach en ombre».

 

Élevé au son de Jimi Hendrix, King Crimson et Frank Zappa, Frédéric Maurin abandonne très vite son métier d’ingénieur pour suivre en parallèle une formation jazz et une formation d’écriture classique.

Il dirige depuis 2004 l’ensemble Ping Machine, dont il compose le répertoire et avec lequel il remporte de nombreuses récompenses.

Il développe une musique singulière à l’imaginaire foisonnant et s’attache à proposer une écriture musicale très précise qui questionne le langage musical mais aussi les formes employées habituellement dans le jazz et les musiques improvisées dans le but de les renouveler.

Il est guitariste dans de nombreux projets, de l’ensemble contemporain Amalgammes, au Trio RC M, qui se consacre à une relecture de la musique de Frank Zappa et du rock progressif des années 70.

Il est également soliste invité par de nombreux orchestres symphoniques sur des programmes consacrés à la musique de Frank Zappa.

De 2011 à 2017, il est président de Grands Formats, fédération des grandes formations de jazz et de musiques à improviser sur l’ensemble du territoire français.

 

_________

 

Dimanche 19 mai 2019, 17h à Saint-Martin

NUIT DE L'ORGUE


IMPROVISATIONS SUR DES THÈMES DES ANCIENNES FÊTES DES VIGNERONS

 

De 1797 à 1999, 11 Fêtes des Vignerons ont été organisées à Vevey. La musique en a fait partie dès l’origine. L’on possède au moins une mélodie de la Fête de 1791 et dès 1851, les partitions complètes nous sont parvenues. On relève ainsi les noms de François Grast, Hugo de Senger, Gustave Doret, Carlo Hemmerling, Jean Balissat, Jean-François Bovard, Michel Hostettler, Jost Meier.

 

Cette Nuit de l’orgue sera l’occasion d’accueillir quelques jeunes et talentueux organistes. Ils se partageront les claviers de l’Église St-Martin pour improviser sur des thèmes connus ou à (re)découvrir, avant la Fête de 2019 !

 

LE PROGRAMME DETAILLÉ PARAÎTRA AU PRINTEMPS.


_________